TOP 5 HOMME CHARISMATIQUES
confiance en soi,  Développement personnel

Top 5 des hommes partis de rien et devenus charismatiques

CROIRE EN SOI POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS ET LES SURPASSER

Croire en soi est à la fois indispensable, mais aussi particulièrement difficile pour certains d’entre nous. Si vous ne croyez pas en vous, ou que vous passez votre temps à vous dévaloriser, voici un article qui pourrait grandement vous aider !

Il y a différentes raisons de ne pas croire en soi. La peur de l’échec, ou bien tout un tas de pensées limitantes que l’on s’est répété tellement de fois que l’on a fini par y croire.

Pourtant, c’est cette confiance en nous qui nous permet de saisir des opportunités, d’avancer et de vivre pleinement notre vie. Alors, si vous avez des rêves ou des envies qui vous paraissent complètement folles, asseyez-vous confortablement. Et préparez-vous à être étonné, voire émerveillez en découvrant les 5 récits que je vous ai assemblés dans cet article.

Si vous n’arrivez pas à croire en vous, regardez ce que ces 5 hommes ont réussi à réaliser grâce à leurs volontés et leur confiance en eux :

I) CROIRE EN SOI SELON MOÉ ALTRAD

mohed altrad croire en soi

Son nom ne vous dit certainement pas grand-chose. Mais croyez-le ou non, Mohed Altrad est né dans le désert avant de devenir un très grand chef d’entreprise en France. La vie de Mohed Altrad est presque un roman à elle toute seule.

Il ne sait pas où ni quand il n’est né. Quelque part en Syrie, dans le désert, entre 1948 et 1953. Chaque année, il fête donc son anniversaire le 9 mars,  date tirée au sort par ses enfants. Aujourd’hui patron d’une des plus grandes sociétés mondiales spécialisées dans les échafaudages, les brouettes et les bétonnières, il n’est pourtant parti de rien !

Enfant, Mohed Altrad apprend à lire seul, l’école étant interdite aux hommes du désert… Il finit par rejoindre les autres élèves, aidé par un professeur qui le soutiendra quand il partira faire des études en France grâce à une bourse. Arrivé à Montpellier avec 200 francs en poche, il décrochera alors plusieurs diplômes dont un doctorat en informatique.

Croire en soi est certainement l’une des clés qui a permis Mohed d’arrivée au sommet. D’abord ingénieur dans plusieurs groupes dont Thomson, il découvre ensuite l’univers du bâtiment dans lequel il s’investit pleinement. Et pierre après pierre il construira seul son groupe. Dès l’année suivante, le chef d’entreprise acquiert une nouvelle société dont il réinvestira l’ensemble de ses revenus dans sa société actuelle.

Le conseil de Mohed Altrad :

Il faut savoir être courageux, ne pas abandonner face aux difficultés, c’est une vertu cardinale.

Le succès, ce n’est que la permission de continue.

 

II) CROIRE EN SOI SELON ARNOLD SCHWARZENEGGER

croie en soi ARNOLD SCHWARZENEGGER

Arnold Schwarzenegger est aujourd’hui la célébrité que l’on connaît à travers ses films et une partie de sa vie. Mais connaissez-vous les difficultés auxquelles il a dû faire face pour arriver à atteindre ses objectifs ? Né en Autriche dans un petit village où il passe la plus grande partie de sa jeunesse, Arnold doit affronter un père très porté sur l’alcool, violent, et qui ne l”aime pas. Mais c’était sans compter sur une volonté qui ne pouvait pas être cassée.

Chaque fois que son père levait la main sur lui, Arnold se disait « ça ne va pas durer longtemps ainsi parce que je vais partir d’ici. Je veux être riche. Je veux être quelqu’un ».

En 1953, à l’âge de 6 ans, il rêve déjà de devenir champion après avoir assisté avec son père à l’inauguration d’une nouvelle piscine par un ancien champion olympique. Enfant, Schwarzenegger s’essaie alors à de nombreux sports, mais il se passionne particulièrement pour le culturisme ! Un jour, dans une vitrine la couverture d’un magazine sur laquelle pose un homme musclé. Il achète le magazine, qui retrace la vie de Reg Park, un ancien culturiste anglais devenu M. Univers, puis acteur. C’est alors vers l’âge de 14 ans qu’il prend la décision de ce que sera sa vie future.

En prenant Park comme modèle et décidé de suivre la même voie ! Croire en soi et en son nouveau rêve devient une obsession pour Arnold. Il sera M. Univers, puis une star de cinéma riche. En 1965, il remporte le championnat autrichien junior de soulevé de poids puis celui de M. Europe un an plus tard.

Arnold doit alors commencer à économiser pour se payer le billet pour Londres et participer au monsieur univers. Il part s’entraîner au Putzinger Gym à Munich où il loue un petit appartement et passe son temps entre son propre entraînement et la gérance de la salle. Il arrivera 2e lors de cette première grande compétition.

En 1967, Arnold a mis de côté assez d’argent pour racheter le Putzinger Gym, grâce à la publicité faite par sa seconde place pour le titre amateur de M. Univers. Il commence alors à s’entraîner différemment, inventant de nouveaux exercices pour améliorer sa musculature. Puis, il participe à nouveau au M. Univers amateur de Londres et cette fois remporte son premier titre majeur ! Devenant ainsi le plus jeune M. Univers de l’histoire à l’âge de 20 ans, il parvient à atteindre enfin son objectif qui lui ouvrira les portes Hollywood.

Le conseil d’Arnold Schwarzenegger :

Ayez confiance en vous ! En affaire comme dans toute discipline sportive. Si vous ne vous faites pas confiance, comment voulez réussir ?

Ne suivez pas les règles. Si vous vous contenté de suivre bêtement les règles établies par d’autres, vous vous contenté de suivre le chemin que d’autres on écrit pour vous.

N’ayez pas peur d’échouer. On échoue tous à un moment donné. Préparerez-vous et sachez rebondir, seule la mort et définitive.

Bossez jusqu’à atteindre vos limites. Travaillez pendant que les autres dorment, travaillez pendant qu’il mange et dépassez vos barrières psychologiques.

 

III) CROIRE EN SOI SELON PHIL KNIGHT

croire en soi phil knight

Vous ne connaissez peut-être pas Phil Knight, mais vous connaissez certainement son entreprise Nike ! Phil Knight est un gamin de l’Oregon, et un passionné de sport. Il est d’ailleurs un coureur à pied de haut niveau. Ce qui le pousse à s’intéresser aux chaussures de runing.

Pourtant Phil est loin d’être le businessman que l’on s’imagine. Il manque cruellement de confiance en soi au départ. Il n’a rien connu, n’a même “jamais eu de petite amie“. Et pourtant il va tout faire pour apprendre à croire en soi et se surpasser. Phil se lance alors dans un tour du monde à 24 ans pour apprendre à se connaître lui-même, et à dépasser ses limites.

Il en profitera pour faire une escale toute particulière au Japon afin de trouver une entreprise de chaussures qui accepte de s’associer avec lui. Dans un devoir rendu en fin de master, il a d’abord élaboré ce projet fictif que deviendra Nike et qu’il a présenté à ses camarades de promotion. Ce qui a profondément ennuyé la salle de cours. Sauf son prof qui lui a accordé une excellente note. Et Phil n’abandonnera plus jamais ce qu’il appelle son “Idée folle“. C’est une vraie leçon de confiance en soi qu’il nous dévoile.

Vous n’imaginez pourtant pas tous les échecs et difficultés que Phil Knight a pu rencontrés durant toutes ces années. Et pourtant, il a appris à croire en soi, et s’est habitué au dépassement de soi grâce au sport notamment. Il s’improvise patron d’une société alors inexistante qui aimerait vendre leurs chaussures de course sur le sol américain quand il se retrouve devant des dirigeants de l’entreprise Onitsuka à Kobe qui produit déjà les fameux Tigres. Il doit également emprunter de l’argent partout où il peut pour continuer à acheter de chaussures au Japon et faire décoller son projet.

Mais Phil réinvesti continuellement le peut de bénéfice qu’il fait pour acheter toujours plus de chaussures. Et l’entreprise termine tous les moins dans le rouge… Il va vendre depuis le coffre de sa voiture, puis dans des salons à la recherche de coureurs et d’entraîneurs. Et à force de passion, de travail acharné et de confiance en soi, Nike pèse aujourd’hui plus de 30 milliards de dollars.

Le conseil de PHIL KNIGHT

J’avais toujours soupçonné que le secret du bonheur, l’essence de la beauté, de la vérité ou de tout ce qui vaut la peine d’être vécu, repose quelque part dans ce moment pendant lequel la balle est en suspension, quand les boxeurs sentent que la cloche va bientôt sonner, quand les coureurs s’approchent de la ligne d’arrivée et que le public se lève comme un seul homme. Il y a une sorte de clarté exubérante dans cette demi-seconde qui détermine les vainqueurs et les perdants. Et je voulais gagner. C’est ça que je voulais que ma vie soit au quotidien.

 

IV) CROIRE EN SOI SELON JIM CARREY

jim carrey croire en soi

On représente plus Jim Carrey, aujourd’hui l’un des acteurs américains les plus connus du cinéma. Il se découvre un talent pour la comédie très tôt, et commence à s’entraîner à faisant des grimaces devant son miroir. Son père voit chez lui un certain talent et décide de l’aider à organiser de petits spectacles dans différents cabarets à Toronto.

Malheureusement, la réussite n’est pas au rendez-vous ! Et Jim Carrey arrête alors l’école à seize ans pour rejoindre son père dans une usine de pneus.

À la fin des années 70, Jim Carrey décide tout de même de se relancer dans la comédie en se produisant dans de petits cabarets comme imitateur. Puis, après quelques petits rôles au cinéma, l’acteur se tourne vers la télévision et  auditionne pour le casting du Saturday Night Live. Mais là encore c’est un échec, il n’est malheureusement pas retenu pour l’émission.

C’est en 1994 que la carrière de Jim Carrey décolle enfin grâce à trois films qui le mettent sur le devant de la scène. Il y aura Ace Ventura, The Mask, et Dumb AMD Dumber.

C’est également là que l’histoire devient intéressante ! Au court d’une interview dans le talc de coprah winfrey, Jim Carrey confit avoir fait un travail de visualisation de cette réussite. À partir de 1985, chaque soir il décide de visualiser des réalisateurs intéressés par lui, et des gens qui lui disent “J’aime votre travail”. Il fait ce travail de visualisation sur toutes les choses qu’il veut lui voir arriver.

À l’époque il n’a rien. Il souhaite simplement utiliser le développement personnel pour se sentir mieux. Puis, il commence à se servir des outils de développement personnel comme la visualisation pour allez plus loin. Jim Carrey a des objectifs précis. Et il sait qu’il va les atteindre ! Il décide alors de se rédiger un chèque de 10 millions de dollars pour services d’acteur rendus…

Il se donne ensuite une échéance de 3 ans. Ce sera la date de Thanksgiving 1995. Puis mets ce chèque dans son portefeuille sans jamais l’oublier. Jim raconte même qu’il le prenait régulièrement, ce qui le détériorait au fil du temps.

Et juste avant Thanksginving 1995, Jim Carrey apprend qu’il va gagner 10 millions de dollars pour “Dumb & Dumber”. La visualisation fonctionne si vous travaillez dur. Et votre système de croyances est un outil pratique qu’il faut apprendre à utiliser. Si vous pouvez le voir et le croire, c’est beaucoup plus facile à réaliser.

Le conseil de JIM CARREY :

Vous pouvez passer votre vie entière comme un fantôme à imaginer, à vous inquiéter de la voie à suivre. Mais rien d’autre n’existera jamais en dehors de ce qui se passe ici, dans les décisions que nous prenons en cet instant, même et qui sont basées soit sur l’amour ou sur la peur.

Nous sommes si nombreux à choisir notre voie par crainte, en faisant passer cela pour du réalisme. Ce que nous voulons vraiment semble tellement hors d’atteinte et si ridicule à espérer, que nous n’osons jamais demander à l’univers de nous l’accorder. Je veux dire que moi je suis la preuve vivante du contraire.

Mon père aurait pu être un grand comédien, mais il ne croyait pas que ce soit possible pour lui. Il a donc joué la carte de la prudence et au lieu de cela, il s’est trouvé un emploi stable de comptable. Lorsque j’ai eu 12 ans, il a été licencié et notre famille a dû faire tout son possible pour survivre. 

J’ai beaucoup appris de mon paternel, notamment que l’on pouvait échouer à ce que l’on ne voulait pas faire. Alors, pourquoi ne pas tenter votre chance avec ce que vous adorez faire ?

V) CROIRE EN SOI SELON HENRY FORD

henry ford croire en soi

Henry Ford est né dans le Michigan, aux États-Unis. C’est là que son père va acheter, en 1848, une ferme dans laquelle Henry grandira, confronté au dur travail agricole. Mais il n’aimait pas le boulot de fermier. Il n’aimait d’ailleurs pas plus l’école, qu’il décide de quitter à 15 ans.

Henry est par contre passionné par la mécanique dès l’âge de 12 ans. Il passe alors son temps à démonter et remonter le mécanisme des montres de sa famille et de ses voisins. À 15 ans il va même jusqu’à concevoir un moteur à vapeur ! Puis en 1879, à 16 ans, et trois ans après le décès de sa mère, il part pour la ville de Detroit.

C’est alors qu’il décide de croire en soi et de partir durant trois ans en tant que mécanicien dans un atelier d’usinage. À force de travail et d’apprentissage, Henry Ford obtient un poste d’ingénieur chez la Edison Illuminating Company à Detroit. Grâce à ses talents, il est promu ingénieur en chef. Ce poste lui offre assez de temps et d’argent pour se dévouer un peu plus à ses expérimentations sur le moteur à combustion interne.

Ford est présenté à Thomas Edison lors d’une réunion de cadre. Et Edison l’encourage à poursuivre ses expérimentations. Ce qui pousse Henry Ford à démissionner de la Edison Illuminating Company et crée la Detroit Automobile Company.

Mais la société est un échec, et ferme ses portes en janvier 1901. Ford n’abandonne pourtant pas et veut continuer à croire en soi et à son rêve. Il pense alors à construire une voiture de course. Il est persuadé que c’est grâce à la course qu’il va se faire connaître et enfin lancer une production de série. Il finit par gagner plusieurs courses de vitesse et c’est grâce à ce succès et à l’importante publicité que plusieurs actionnaires de Detroit fondent la Henry Ford Company avec Ford comme ingénieur en chef !

C’est pourtant un deuxième échec que Ford subit. Après de forts désaccords avec les actionnaires, Heny Ford décide de quitter la société qui sera alors renommée la Cadillac Compagny. Mais Ford n’abonne rien ! Il veut continuer à croire en soi et repart dans la production de deux voitures de course.

Et malgré les deux premiers échecs, les derniers succès de Ford en courses lui permettent enfin de créer la Ford Motor Company, qui cette fois sera la bonne.

Le conseil de Henry Ford :

Échouer c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente.

Il y a des gens qui disent qu’ils peuvent ; d’autres qu’ils ne peuvent pas. En général, ils ont tous raison.

L’enthousiasme est à la base de tout progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.