Confinement et déconfinement : Qu’est ce que le Syndrome de la cabane ?

51 avis positifs

Le syndrome de la Cabane : un nouveau trouble anxieux ?

Vous vous sentez en ce moment fragilisé ? Plus sensibles ? Ou encore en perte de confiance en vous depuis que l'état d'urgence sanitaire nous imposant masques, gestes-barrière, couvre-feux et autres confinements ?

Vous êtes peut-être touché par le syndrome de la cabane.

Les différentes mesures de restrictions, et tout particulièrement le confinement, sont devenues de grandes sources de stress et d'angoisses chez beaucoup d'entre nous (je vous l'expliquai déjà bien avant que l’opinion publique en prenne conscience lors du premier confinement ici : Confinement coronavirus : 4 méthodes pour booster votre moral et votre motivation).

Il s'agit parfois de troubles légers comme une recrudescence de votre timidité. Mais cela peut également aller bien plus loin ! Certain(e)s d'entre nous vivons une démotivation totale à sortir, à entreprendre ou encore à aller vers l'autre...

Tous ces signes peuvent révéler un syndrome que l'on appelle le syndrome de la cabane.

Qu’est-ce que le syndrome de la cabane ?

Ce syndrome a été décrit pour la première fois au début du XXème siècle chez des personnes vivant en milieux isolés pendant de longues périodes. Ces personnes pouvaient ressentir une véritable angoisse à l’idée de sortir de leurs petits espaces clos et contrôlés.

Ce syndrome de la cabane touche des personnes de tous les âges et de tous profils. Insidieusement, vous vous refermez sur vous même, vous vous isolez. Vous n'avez alors plus envie de sortir et d'affronter le monde extérieur.

Effet collatéral des confinements successifs, certaines personnes ne veulent aujourd'hui plus sortir de chez elles, et vont même jusqu'à craindre le déconfinement.

Il leur faut alors réapprendre à sortir de sa zone de confort qui s'est resserrée au minimum ! Mais cela va demander beaucoup d'énergie ainsi qu'un vrai travail sur soi qu'il sera parfois difficile d'effectuer seul...

Une anxiété présente avant le confinement

Le syndrome de la cabane est un trouble que l'on retrouve chez des personnes anxieuses, qui souffrent d’agoraphobie (peur de se confronter à la foule), ou chez ceux qui ont une anxiété sociale (peur de la relation aux autres et de leur regard).

Mais les périodes de confinement ont démultiplié cet effet de protection que l'on pouvait ressentir en restant chez soi. Pour les personnes souffrants déjà d’angoisses, de blemmophobie ou de manque de confiance en soi, cela a eu un effet catastrophique ! 

Pourquoi ?

Parce que cela a créé une peur de se déconfiner et de retourner à une vie plus "imprévisible". Mais cela a créé aussi de grandes difficultés à se réinsérer dans une vie bien plus riche et épanouissante !

Plus grave encore... Cet état d'urgence sanitaire a réveillé des angoisses qui ne s’étaient pas manifestées depuis très longtemps. Certain(e)s ont alors vu tout leur travail effectué sur ses angoisses partir en fumée.

Intolérable !

La crise sanitaire en lien avec l’épidémie de COVID-19 a eu un impact sur la santé mentale des Français. L’enquête CoviPrev menée de façon répétée par Santé publique France depuis le mois de mars 2020 atteste d’une dégradation de la santé mentale de la population.. 

Voici quelques chiffres de l'enquête de Santé Publique France :

  • 20 % des Français souffrent d’un état dépressif. Niveau élevé, + 10 points par rapport au niveau hors épidémie;
  • 21 % des Français souffrent d’un état anxieux. Niveau élevé, + 7,5 points par rapport au niveau hors épidémie;
  • 9 % des Français ont eu des pensées suicidaires au cours de l’année. Niveau élevé, + 4 points par rapport au niveau hors épidémie;
  • 65 % des Français déclarent des problèmes de sommeil au cours des 8 derniers jours. Niveau élevé, + 16 points par rapport au niveau hors épidémie.

COVID-19, confinement et anxiété

L’épidémie de COVID-19 a provoqué à juste titre de nombreuses inquiétudes chez tous les Français :

  • La peur de contracter la Covid ou de développer une forme sévère de la maladie;
  • La crainte qu’une personne de son entourage soit atteinte;
  • Des inquiétudes de perdre son emploi;
  • Une angoisse à rester en permanence à son domicile et privé de toutes libertés fondamentales;
  • La perte de lien social et l'isolement.

Toutes ces inquiétudes ont créé ou renforcé des problèmes d’anxiété notamment avec le syndrome de la cabane. Ainsi, les déconfinements qui ont suivi n'ont pas été plus simples à vivre pour ces personnes.

La peur de retrouver la vie d’avant

Après plusieurs semaines passées enfermé chez soi pour se protéger de tout ce qui pouvait arriver dans le monde extérieur, certains d'entre n'arrive tout simplement plus à ressortir.

Ce phénomène du syndrome de la cabane se retrouve en France, mais aussi dans tous les pays européens qui ont progressivement levé les mesures de confinement.

Pour les personnes touchées par le syndrome de la cabane, différentes peurs et angoisses apparaissent lors du déconfinement :

  • La peur d’être contaminé par le virus;
  • L’angoisse de faire face à certaines réalités et exigences du quotidien;
  • La perte de confiance en soi;
  •  La peur de se lancer dans de nouvelles choses.

Une partie de la population développe ainsi une forme d’anxiété particulière face au possible retour à la normalité et à la vie d’avant.

Le retour de la peur de l'autre 

gerer ses emotions auto hypnose stress

Votre domicile est devenu un refuge, un sanctuaire... Et l'extérieur, un endroit hostile, imprévisible et rempli de personnes potentiellement dangereuses pour soi.

Si la réduction de la vie sociale est vécue par certains comme une libération, pour ces personnes qui avaient des difficultés à gérer leurs relations sociales, cela est catastrophique ! S'engager dans une relation, aller vers l'autre exigeait à chaque fois un effort, prendre sur soi. Un travail de tous les jours.

Alors, le confinement peut être vu comme un "soulagement". Il leur a facilité la vie. Après tout, avec le télétravail plus besoin de faire semblant, d'affronter ses supérieurs au travail, ses collègues ou des clients.

Les interactions sont ainsi réduites au minimum. Plus besoin de se forcer...

Même votre apparence n'a alors plus vraiment d'importance. Il n'est plus obligatoire de s'appliquer à respecter les codes vestimentaires. Les autres sont loin, virtuels, on n'est donc plus obligé de les rencontrer.

Mais voilà ! Peu à peu, vous avez tendance à vous isoler et à couper toutes relations sociales. Vous tombez alors dans un cercle vicieux qui vous fera sombrer dans une vraie prison de verre. Seul(e), ou dans un groupe réduit à votre famille proche, vous ne voyez plus personne.

Mais vous devez absolument réagir ! Ne pas sombrer dans ce trou sans fin qui vous demandera tellement d'efforts pour en sortir que vous n'en reviendrez peut être jamais.

Le syndrome de la cabane vous libère des contraintes. Vous êtes protégé dans votre logement tel l'escargot dans sa coquille. Mais comment revenir à la vie d'avant ?

Fini les transports, les salles d'attente, les supermarchés. Plus besoin d'organiser sa vie pour parvenir à tout gérer, la maison, le travail, les enfants, les activités, les sorties, les relations sociales. Avec le confinement, beaucoup d'obligations sont devenues impossibles à honorer.

Mais à quel prix ? 

La vie doit reprendre. Les relations sociales également. Aristot disait "L'homme est un animal social." Vous devez donc retrouver cette envie d'avancer, d'aller vers l'autre et d'entreprendre pour vivre une vie plus épanouissante.